Elèves ou étudiants du
- Primaire
- Secondaire
- Supérieur
Qui sommes-nous ?
- Membres
- Projet
- Philosophie
- Partenaires
Recrutement
- Professeurs
- Sponsoring

Primaire

- Quelques chiffres
- L’importance de l’enseignement fondamental
- Les causes de l’échec en primaire
- Que faire en cas de difficultés scolaires ?
- Nos formules d’aide pour les primaires

Quelques chiffres

Selon le ministère de l’enseignement belge, le taux de réussite des épreuves du CEB en 6e année de l’enseignement fondamental est de 87.6% en 2008. Ce chiffre, bien qu’en progression, révèlent qu’encore 5757 enfants ont échoués lors de cette année en Belgique (Le Soir, 24/06/09). Peu à peu, l’échec scolaire devient un phénomène de société.

Revenir en haut de la page

L’importance de l’enseignement fondamental

L’éveil des premières années est primordial, beaucoup arrivent en secondaire avec déjà beaucoup de retard. Ils doivent faire face à des contenus et des méthodes d’enseignement essentiellement théoriques et donc plus difficiles d’accès aux enfants qui n’ont pas bénéficié d’un éveil équilibré.

Si l’enfant reste avec un sentiment d’échec, il lui est très difficile de reprendre confiance en lui.

Revenir en haut de la page

Les causes de l’échec en primaire

Ces causes sont complexes et il n’existe pas de profil type de l’enfant en difficulté. Outre les facteurs extérieurs (famille, santé, situations psychoaffectives variées, etc.), l’enfant peut être confronté à de multiples problèmes.

Certains marquent un refus scolaire et s’opposent à toutes acquisitions. Ils peuvent paraitre effacés, rêveurs ou dans la lune.

D’autres expriment une absence du désir d’apprendre, ce qui entraine une souffrance chez l’enfant incapable de se concentrer malgré son désir. On parle d’inhibition scolaire. Les enfants touchés paraissent en retrait et peu impliqués dans les activités scolaires. Ils craignent surtout d’être interrogés.

La taille des classes est également un problème majeur. Il est en effet difficile dans ces conditions de prodiguer une aide individualisée ou une pédagogie adaptée à chacun. De plus chaque enfant à son rythme qui lui est propre, rarement respecté.

Revenir en haut de la page

Que faire en cas de difficultés scolaires ?

Tout d'abord, il faut essayer d'agir dès que la difficulté apparaît car il faut être conscient que les choses s'arrangent rarement d'elles mêmes.

Il faut essayer de réfléchir à plusieurs à cet échec afin d’en comprendre les raisons. L’enfant, la maison, l’école et éventuellement une aide extérieure doivent former une équipe pour tenter d’apporter une aide qui correspond à la problématique de l’enfant. Lorsque celle-ci est régulière, des progrès apparaîtront.

Il est important de dédramatiser et d’indiquer à l’enfant qu'il ne doit jamais considérer une situation comme acquise et qu'il faut savoir se remettre en question, changer sa façon de travailler, s'organiser davantage, écouter plus attentivement les enseignants et surtout, faire des efforts. C'est l'attitude la plus positive qui permet, le plus souvent, une bonne évolution.

Pendant les grandes vacances il est important de mettre en place des objectifs pour la prochaine année scolaire.

Revenir en haut de la page

Nos formules d’aide pour les primaires

Nous nous attachons à prodiguer un suivi personnalisé et adapté à chaque élève.

Durant l’année, nous suivons les élèves lors de notre étude encadrée, les mercredis après-midi, samedis matin et après-midi.

La réaction face aux difficultés peut alors se faire le plus rapidement possible, en gardant la matière à jour et dans la tête. Ce suivi régulier permet également d’avoir le temps d’approcher la matière de différentes manières.

Nous proposons également des sessions et des conseils en méthode de travail. Savoir comment étudier et faire face aux difficultés est aussi important que la matière que l’on étudie.

Revenir en haut de la page